Affronter l'hiverou comment choisir ses épices à cette époque !

Les épices pour affronter l'hiver

Outre la facilité avec lesquelles les épices transforment un plat, les épices ont aussi des propriétés qui peuvent alléger certains maux de notre quotidien. En cette saison hivernale où les températures chutent et la luminosité baisse, fragilisant notre organisme qui hiberne quelque peu, voyons quelles épices peuvent nous réchauffer en profondeur, soutenir nos défenses, améliorer notre digestion et nous désinfecter quand il est nécessaire…

N’hésitez pas à ajouter une pincée de telle ou telle dans vos plats ou à favoriser les infusions en contenant !

 

La cardamome verte : expectorante

 cardamome


Considérée en Inde comme la reine des épices, cette plante, dont on consomme les gousses emplies de petites graines noires, est de la même famille que le gingembre. Tonique, elle est recommandée en hiver pour lutter contre les refroidissements et décongestionner le système respiratoire lors d’une grippe ou d’un rhume. Elle est « antitussive et expectorante, aidant ainsi à éliminer les sécrétions respiratoires », détaille le Dr Hampikian. Elle fortifie aussi le système immunitaire et facilite la digestion. Côté mental, elle va calmer les esprits, équilibrer le psychisme et procurer une meilleure concentration.


EN PRATIQUE... En Inde, elle aromatise le lait et le thé. Elle adore aussi se glisser dans les desserts (amandes, crème de marrons) et dans les chocolats chauds. Côté salé, elle parfume le riz blanc, les pilafs, les currys et les soupes épaisses, le poisson, viande blanche, carottes
Pour calmer la toux, préparez-la en décoction en faisant bouillir 1 cuillerée à café de gousses fendues dans une casserole d'eau. » Et, pour un effet tonique, ajoutez deux graines dans votre café noir.

 

La noix de muscade : antispasmodique

 muscade


La noix de muscade est l'amande contenue dans le noyau du fruit du muscadier, un arbre tropical pouvant atteindre une quinzaine de mètres. Outre ses propriétés anti-inflammatoires et analgésiques (en usage externe), elle est réputée pour ses actions antispasmodique et anti diarrhéique, particulièrement précieuses quand la gastro-entérite hivernale associe vomissements et diarrhées. Autre atout également bien appréciable en pareille situation : légèrement soporifique, elle facilite l'endormissement. Il faut cependant faire attention : utilisée en excès, elle peut provoquer une irritation. Trois cuillères à soupe ou plus peut déclencher un délire de longue durée, généralement désagréable, avec de la fatigue, des vomissements et des vagues d’hallucination. Son pendant non toxique est le macis, la fine enveloppe entourant la noix de muscade. Son goût est plus délicat et ses vertus essentiellement digestives. »


EN PRATIQUE… « On la consomme râpée ou en poudre. Ses notes poivrées rehaussent les purées de carottes, de pommes de terre ou de potiron… Et, pour faciliter l'endormissement, on boit le soir un jus de citron tiède additionné de miel et d'une pincée de poudre de noix de muscade. »

 

La cannelle de Ceylan : antiseptique

 cannelle


Cette écorce d'un arbre originaire du Sri Lanka, le cannelier, contient de nombreux principes actifs, dont des tanins qui lui confèrent des propriétés antiseptiques très efficaces. « La cannelle combat les parasites intestinaux et soulage les diarrhées », précise le Dr Avril. Par ailleurs, elle renferme une huile essentielle anti-infectieuse à large spectre et immunofortifiante qui la rend tout indiquée en cas de rhume, de bronchite ou de grippe. Additionnée à une tisane de thym, elle calme les toux. Elle améliore aussi la digestion, réchauffe le corps et équilibre la flore intestinale affaiblie en cas de maladie. Elle s’associe très bien avec le clou de girofle pour lutter contre les refroidissements.


Selon la recherche moderne, la cannelle est un bon analgésique. D’autres études ont montré que la cannelle favorise l’équilibre de la glycémie et réduit la résistance à l’insuline. Il semblerait que la consommation quotidienne d’une cuillère à café ou plus de cannelle puisse réduire le mauvais cholestérol et les triglycérides. Elle est aussi réputée pour améliorer la mémoire, la vigilance et la concentration. Selon des études, la cannelle permettrait également de lutter contre certains cancers, à savoir celui de l’estomac, de l’os, du côlon et la leucémie.


EN PRATIQUE… Sa saveur chaude et sucrée est appréciée dans les desserts et les boissons chaudes. Côté salé, elle se mélange avec le bœuf mijoté aux carottes, les ragoûts, les tajines et les couscous. Petit plus, elle est hypoglycémiante et calme les envies de sucré. Pour enrayer un rhume débutant par un mal de gorge, mélangez 1 cuillerée à café de cannelle en poudre avec 1 cuillerée à café de miel et ajoutez quelques gouttes de citron. A sucer lentement comme une pastille, deux fois par jour. »

 

La coriandre : activateur d'immunité

coriandre


De cette plante, incontournable des cuisines méditerranéennes et latino-américaines, on consomme les feuilles ou les graines. L'huile essentielle contenue dans ces dernières combat l'acidité gastrique, soulage les ballonnements et décongestionne le foie, « ce qui en fait une épice détox bienvenue en cette saison où la table est plus riche, souligne le Dr Guy Avril, médecin généraliste formé à des médecines naturelles. Plus intéressant encore en hiver : elle stimule l'immunité contre les maladies virales ».


EN PRATIQUE… Dans l'assiette, sa saveur discrète s'apprécie avec la viande blanche, les potages, les purées, les crudités, les salades de fruits… « Pour une tisane détox et antivirale, concassez 1 cuillerée à café de graines de coriandre ajoutées à quelques feuilles ciselées. Laissez infuser quelques minutes dans l'eau bouillante, filtrez et sucrez si besoin. » A boire trois fois par jour après les repas pendant deux semaines.

 

Le curcuma : anti-inflammatoire

curcuma


Très cultivé en Inde, le curcuma est le rhizome d'une plante de la famille du gingembre et de la cardamome. Il doit sa belle couleur jaune – et ses vertus – à son pigment, la curcumine. Puissant antioxydant, la curcumine, possède des propriétés médicinales conseillées dans la prévention du cancer du côlon, du pancréas, de la prostate, de la peau, de l’œsophage, du foie et des poumons; elle serait aussi idéale pour combattre la grippe, le rhume, les maux de gorge, la toux et l’angine. Elle soulage aussi les douleurs articulaires qui accompagnent le retour de l'automne et de l'humidité, et aide à prévenir les complications liées au rhume.


EN PRATIQUE… On l'apprécie frais, coupé en petits morceaux ou émincé dans les potages, les céréales, les légumes, les viandes, les poissons, les yaourts (avec du miel), ou encore en poudre (rhizome séché broyé). « On devrait avoir le réflexe curcuma au quotidien, en consommer l'équivalent de 1 cuillerée à café par jour et par personne. Judicieux : le prendre avec du poivre noir dont la pipérine potentialise ses bénéfices santé », conseille la spécialiste. « En cas de coup de froid ou de rhume, on boit un verre de lait bouillant avec 1 cuillerée à café de curcuma en poudre et une pincée de poivre », propose le Dr Avril.

 

Le clou de girofle : antiviral

girofle


Le clou de girofle est un bouton floral – séché – non éclos du giroflier, un arbre tropical originaire d'Indonésie. Son odeur puissante est à la hauteur de ses propriétés antiseptiques, antalgiques, anti-inflammatoires et antivirales. Il est très efficace contre les infections bucco-dentaires, mais aussi ORL et respiratoires, les troubles intestinaux d'origine virale… Comme d’autres épices chaudes, il stimule la circulation et la digestion.

EN PRATIQUE… Tout comme la cannelle, les clous de girofle se piquent volontiers ans les fruits avant de les faire cuire à la vapeur, mais parfument aussi agréablement une choucroute, un pot-au-feu, un curry, un vin chaud ou même un dessert au chocolat… On peut également y recourir en infusion, en jetant un clou dans un bol d'eau bouillante (laissez macérer 15 bonnes minutes).

 

Le gingembre : anti nauséeux

gingembre


Considéré comme un pilier de la médecine ayurvédique, le gingembre est une plante tropicale originaire d'Asie dont on utilise le rhizome. « Ses composés aromatiques lui confèrent d'excellentes propriétés digestives, carminatives et antispasmodiques. Parce qu'il fluidifie le sang, il améliore également la circulation sanguine et permet de réduire le cholestérol – ce qui participe à la prévention des maladies cardio-vasculaires… sans oublier ses pouvoirs aphrodisiaques », indique le Dr Sylvie Hampikian. Mais surtout, le gingembre possède une action notoire : il soulage les nausées, qu'elles soient liées à la grossesse – l'Organisation mondiale de la santé le reconnaît d'ailleurs dans cette indication depuis 1999 – au mal des transports ou à une gastro-entérite d'origine virale.

EN PRATIQUE… L'idéal ? L'utiliser frais, coupé en petits dés ou écrasé. On le retrouve dans la cuisine asiatique, mais on peut aussi l’utiliser dans le pot-au-feu, la blanquette, le poisson, la viande blanche, ou tout simplement l'eau de cuisson du riz. On peut également l'émincer et agrémenter une salade de fruits, une compote, une confiture. Et, pour bien digérer après un repas ou bien calmer ses nausées, on le croque en rhizome ou confit…
Dès les premiers signes d’un rhume, émincez finement un morceau de rhizome d’environ 1 cm, mettez le gingembre dans une tasse ou une petite théière et couvrez-le d’eau bouillante, laissez infuser cinq minutes avant de boire. Si désiré, ajoutez du jus de citron et du miel.

Faites attention cependant, le gingembre peut également déclencher une fausse-couche s’il est consommé en grande quantité aux premiers stades d’une grossesse délicate.

 

Le thym : immunostimulant

thym


Plante médicinale majeure, le thym est un formidable antiseptique qui agit contre virus, champignons, bactéries. Avec ses vertus immuno-stimulantes et protectrices de l'organisme, le thym est une plante forte en action désinfectante de l'air, des poumons et des intestins. Il est réputé redonner de l'énergie et de la force vitale, et il est efficace pour aider l'estomac à soulager les gastrites, l'indigestion et les coliques.


EN PRATIQUE… Le thym relève les viandes, les soupes mais aussi le vin chaud ! En infusion contre le rhume, toux et maux de gorge, comptez 1 c. à café de feuilles de thym pour une grande tasse d’eau chaude. Laissez infuser 5 à 10 minutes. Ajoutez 1 c. à café de miel pour atténuer le goût. En fumigation : c’est lorsque vous inhalez, sous une serviette, des vapeurs d’eau bouillie versée sur du thym.

 

L'ail : Superaliment

ail


L’ail apporte une saveur incomparable à de nombreux plats, que ce soit des salades en passant par les pâtes et le pain à l’ail. Considéré comme un super-aliment, il contient de nombreux antioxydants qui préservent du vieillissement et freine le développement de certains cancers. Il préserve aussi des maladies cardiovasculaires et on l’utilise également pour ses propriétés antimicrobiennes et pour le traitement de certaines infections.


EN PRATIQUE… Frottez le torse et la nuque de la personne malade avec une huile d’olive dans laquelle des gousses d’ail ont chauffé. Radical contre les nez bouchés…

 

L'oignon : antibiotique

oignon


Issu de la famille des Allium, l’oignon contient une abondance en souffre qui lui procure des propriétés antibiotiques et antiseptiques. Il est également très riche en quercétine, un antioxydant qui aide l’organisme à combattre les radicaux libres. Avec l’ail, il est considéré comme un vrai antibiotique et anti-inflammatoire naturel.


EN PRATIQUE… Un bon remède naturel pour les maux de gorge est la préparation d’une tisane à base de pelures d’oignon. Il suffira de porter à ébullition une peau d’oignon pour chaque tasse d’eau. Filtrer et laisser refroidir le liquide obtenu. Avec du jus d’oignon, la respiration s’améliore rapidement.

 

Le citron : antibactérien

citron


Le citron, riche en vitamine C, est un antibactérien naturel et peut être utile pour désinfecter la cavité buccale et se gargariser en cas de maux de gorge.


EN PRATIQUE… Si vous préférez soulager la douleur, plutôt avec les boissons fraîches au lieu des infusions, remplacer l’infusion chaude classique par de la limonade de citron en mélangeant le jus de citron et de l’eau minérale. Vous pouvez également essayer de procéder à un gargarisme au citron avec de l’eau à laquelle vous aurez ajouté quelques gouttes de jus de citron.

 

La badiane : anti-fatigue

badiane


Appelé aussi anis étoilé, ce petit fruit avec ses huit branches et ses huit graines luisantes est issu d’un arbre d’origine asiatique. Il renferme une huile essentielle anti-infectieuse qui agit sur le système respiratoire (sinusite, sensibilité saisonnière) et s’avère expectorante. C’est également un antibiotique et un antifongique. Pour la fatigue et la convalescence, la badiane stimule le système nerveux central. Ça marche aussi pour atténuer les angoisses mais ne pas en abusez car à hautes doses, cela devient toxique.

EN PRATIQUE… Sa saveur anisée qui évoque aussi le réglisse parfume les plats salés (l’eau des pâtes, du riz, le fenouil, volailles, poissons) et le sucré (gâteaux, desserts aux agrumes). Elle adore aussi toutes les douceurs à base de miel et de vanille.  En cas de toux sèches, une infusion de badiane peut s’additionner de thym et de cannelle pour optimiser son effet.

 

Le poivre noir : antidépresseur

poivre


S’il apporte du goût à vos soupes et à vos sauces, le poivre noir est aussi une plante médicinale souvent utilisée pour soulager diverses maladies. Il est connu pour être un antidépresseur. La pipérine aurait la vertu d’accroître le taux d’endorphines dans le cerveau, ce qui réduirait la douleur et améliorerait l’humeur. Elle posséderait également des propriétés antibactériennes et serait idéale pour combattre la toux et le rhume. En Inde, le poivre noir serait utilisé pour soigner les toux grasses et sèches ainsi que des troubles respiratoires. Le poivre noir aurait aussi des propriétés anti-inflammatoires, soulagerait des troubles gastro-intestinaux et aiderait à prévenir et à combattre le cancer du sein.


EN PRATIQUE… Incontournable de la cuisine, n’hésitez pas à l’utiliser en hiver pour contrer la dépression saisonnière !

 

La moutarde : fluidifiante

moutarde


Excellent contre les bronchites et les états grippaux, la moutarde, grâce à la myrosine et de la sinigrine, fluidifie le mucus et facilite son évacuation. Elle est également connue pour ses vertus apéritives, digestives, stimulantes et fortifiantes, vomitives, antibactériennes et antifongiques. Enfin, la moutarde est réputée pour attiser le métabolisme de base, ce qui permettrait de brûler au moins 10 % des calories consommées dans la journée.


EN PRATIQUE…. La moutarde appliquée en compresse sur la zone sensible, soulagerait les douleurs rhumatismales et le mal de dos. Si vous n’arrivez pas à vous réchauffer, il vous est conseillé de prendre un bain et d’y ajouter de la moutarde.

 

La réglisse : anti maux de gorge

reglisse


La réglisse est considérée comme l’un des meilleurs remèdes de grand-mère pour vaincre les maux de gorge. Les bâtons de réglisse à mâcher peuvent être utiles pour aider à désenflammer la gorge et soulager la douleur. La réglisse peut être utilisée en combinaison avec les feuilles de laurier pour la préparation d’une infusion spéciale mal de gorge.


EN PRATIQUE… Pour réaliser cette tisane il vous faut 6 bâtons de réglisse, 6 feuilles de laurier et 1 litre d’eau. Faire bouillir 1 litre d’eau dans une casserole, dès que l’eau arrive à ébullition,  ajouter les 6 bâtons de réglisse, baisser le feu et laisser mijoter pendant 5 minutes. Ajouter les 6 feuilles de laurier, faire bouillir de nouveau pendant 5 minutes, il est conseillé de laver les feuilles de laurier avant ébullition. Laisser le mélange refroidir, servir tiède dans un verre. La tisane obtenue peut être mise dans une bouteille, juste la réchauffer légèrement avant de la boire. La prise de cette tisane doit être répétée 3 fois par jour pendant 5 jours.

 

Le fenugrec : anti maux de gorge

fenugrec


Le fenugrec est une plante médicinale utilisée depuis l’Antiquité pour le traitement des petits problèmes de santé tels que maux de gorge. Il a des propriétés antiseptiques et anti-inflammatoires et c’est pour cette raison qu’on le considère comme utile dans la lutte contre le mal de gorge.


EN PRATIQUE… Pour préparer une décoction, utiliser environ 12 grammes de fenugrec par 250 millilitres d’eau. Une fois réchauffée, la décoction est parfaite pour se gargariser.

 

La sarriette : gargarisante

sarriette


La sarriette, possède des feuilles au goût légèrement poivré utilisé non seulement à des fins culinaires, mais aussi pour son utilité dans le traitement de certaines maladies : elle est digestive, gère les diarrhées et  les gastro-entérites, redonne de l’énergie en cas de fatigue et soigne les infections urinaires.


EN PRATIQUE… Il est possible de préparer une infusion de sarriette pour effectuer des gargarismes aidant à combattre le mal de gorge. La dose est de 4 grammes de sarriette séchée pour 100 ml d’eau. La sarriette doit être laissée à infuser dans l’eau bouillante. Le liquide obtenu est filtré et on le laisse refroidir avant de l’employer pour se gargariser.

 

L'origan : anti-infectieux

origan


Utilisé en association avec la marjolaine dans les pizzas, l’origan n’en a pas moins de nombreuses vertus thérapeutiques : tonifiant, il renforce les défenses immunitaires pour lutter contre les infections, faciliter le transit ou éliminer les démangeaisons. Le Carvacrol composé phénolique contenu dans l'origan est connu pour ses propriétés antibactériennes et anti-infectieuse à large spectre permet d’inhiber la croissance de bactéries comme l’Escherichia coli ou le Bacillus cereus. Ces propriétés confèrent à l’origan son statut d’agent antiviral, antifongique et antibactérien très efficace. Il est indéniablement un allié en cas d’état grippal ou de rhume.


EN PRATIQUE… En infusion et inhalation, faire infuser 50 g d'origan dans un litre d'eau pendant 7 minutes. 1 tasse 3 fois par jour. Adoucit la gorge et désencombre les bronches. En huile, faire macérer 100 g de fleurs séchées dans 500 ml d'huile chauffée au bain-marie pendant une heure. Utiliser un tampon imbibé pour masser les parties douloureuses (migraines, sinusites, rhumatismes, courbatures).

 

La marjolaine : antistress

marjolaine


La Marjolaine est une plante aromatique prisée qui possède aussi de grandes qualités pour traiter le stress et  la nervosité, mais aussi pour les ballonnements, la perte d’appétit, les problèmes respiratoires, troubles digestifs, douleurs articulaires…


EN PRATIQUE… Deux cuillères à café de feuilles séchées de marjolaine par tasse peuvent être utilisées pour préparer une infusion chaude pour se gargariser. Un sirop de marjolaine peut s’employer aussi pour les rhumes, la toux et les maux de gorge.

 

La sauge : désinfectante

sauge


Le dicton populaire le dit bien : « Qui a de la sauge dans son jardin n’ira pas chez le médecin ». Plante aromatique utilisée dans la cuisine, la sauge dissimule des effets de guérison inattendus grâce à des propriétés bactéricides naturelles. On l’utilise pour la transpiration excessive, les bouffées de chaleur lors de la ménopause, les problèmes de digestion, les refroidissements, troubles digestifs et du foie, toux, bronchite…


 EN PRATIQUE… Avec les feuilles séchées de sauge on peut préparer une infusion à boire deux ou trois fois par jour, il suffit d’utiliser deux cuillères à café de sauge par tasse. L’infusion de sauge possède des propriétés antibactériennes, ainsi que digestives. Si on la laisse refroidir, elle peut être utilisée pour se gargariser afin de soigner les maux de gorge. La fumigation de sauge est aussi un excellent moyen pour assainir la maison en cas de maladie !

 

Le romarin : renforce

romarin


Abondant à l'état sauvage sur tout le pourtour méditerranéen, le romarin aime les terrains calcaires et s'accommode très bien des contrées arides et rocailleuses. Exploitées pour leurs vertus médicinales, les branches feuillues, fraîches ou séchées de cette plante condimentaire sont également couramment utilisées pour parfumer grillades, ragoûts, civets, soupes et autres sauces. Le romarin favorise la digestion, il améliore la circulation sanguine, il est diurétique, antistress, antifatigue, antioxydant (a pour effet de stimuler l’activité cérébrale et d’améliorer la mémoire), antimycosique, antibactérien et soulage les rhumatismes.
Le romarin permet de soulager les maux de tête, mais également de renforcer l’organisme face aux attaques extérieures. Il permet aussi de lutter contre les problèmes de digestion et les affections respiratoires.


EN PRATIQUE… Pour une tisane de romarin, faites infuser une cuillère à café de romarin dans 200ml d’eau bouillante.

 


Informations tirées de
http://www.femina.fr/
http://www.consoglobe.com/
http://www.mavieencouleurs.fr/
http://www.natura-sense.com/
http://www.lexpress.mu/
http://www.delices-mag.com/
http://www.creer-son-bien-etre.org/
http://www.e-sante.fr/
http://www.mr-plantes.com/
http://www.sante-nutrition.org
http://www.doctissimo.fr/