Cuisine Nord-AméricaineDiversifiée, hétéroclite, multi-culturelle

Cuisine d'Amérique du Nord

CUISINE AMERICAINE

Nation d’immigrés, la cuisine américaine est à l’image de l’appellation « creuset du monde » que l’on donne aux Etats-Unis : diversifiée, mélange des cuisines de divers pays, les principaux apports étant allemands – Le hamburger vient de Hambourg -, hollandais, et irlandais. L’héritage du vieux continent s’est mêlé aux nouveaux aliments découverts par les colons : tomate, pomme de terre, courge, haricot, maïs, arachide, piment, cacao, vanille, ananas…

La cuisine amérindienne compte également beaucoup : les recettes traditionnelles des Indiens d'Alabama sont préservées et protégées comme un patrimoine culturel.

Il n’y a pas de définition générale de la cuisine américaine traditionnelle, mais des plats simples, tels que le rôti de bœuf, le poulet frit, le bifteck, la dinde farcie, le rôti haché ou pain de viande, le maïs sur épi, la salade de pommes de terre, la tarte aux pommes, la chaudrée de palourdes, le hamburger, le hot-dog et les ailes de poulet épicées seraient sur la plupart des listes.
Contrairement à une idée largement répandue, les Américains ne mangent pas de la junk-food tous les jours, même s’il y a un grand nombre d’établissements de restauration rapide et de chaines de restaurants aux Etats-Unis.
Les saveurs régionales

Les cuisines des différentes régions des États-Unis se sont développées indépendamment les unes des autres, chacune étant influencée par la nationalité des colons qui s’y sont installés et par les ingrédients qu’ils y ont trouvés.


Cuisine de la Nouvelle-Angleterre

La Nouvelle-Angleterre, dans le nord-est du pays, est connue pour ses plats consistants importés par les colons britanniques et par ses fruits de mer d’eau froide pêchés localement. C’est le territoire du bœuf braisé Yankee et des haricots de Boston cuits au four. Les plats incluent des produits régionaux tels que le sirop d’érable et les airelles ; ils sont servis avec des pommes de terre et souvent accompagnés de crème. On les assaisonne avec du persil, de la sauge et de la noix de muscade.


Cuisine virginienne

La cuisine virginienne a subi l'influence de diverses cuisines : amérindienne, africaine et anglaise. La région bénéficie également d'une diversité géographique : proche de la mer, les plats de poissons et fruits de mer sont nombreux ; le climat favorise depuis longtemps le développement d'une culture maraichère, de vergers, et viticole ; mais la notoriété est surtout donné au jambon fumé de Virginie.


Cuisine du Sud

La cuisine du Sud des États-Unis est un genre culinaire régional développé dans les États situés au sud de la ligne Mason-Dixon établissant les frontières entre les États du Maryland, du Delaware et de la Pennsylvanie.

Les influences de cette cuisine sont multiples : africaines, anglaises, écossaises, irlandaises, françaises et amérindiennes comme le montrent les cuisines Tex-Mex, Créole ou de Floride et des Caraïbes.

Ces dernières années, la cuisine du Sud des États-Unis s'est répandue aux États du Nord du pays, modifiant ainsi les autres traditions culinaires. La tomate, la courge, le maïs et ses dérivées et la cuisson au gril du poisson sont hérités des tribus amérindiennes du sud-est du pays comme les Caddo les Choctaw and les Séminoles. Les préparations à base de sucre, farine, lait, œufs comme les pains et fromages trouvent leurs origines dans la cuisine occidentale et européenne. Les gombons et aubergines, le riz, les graines de sésame, de sorgho ou même de melon, toutes comme diverses épices sont, quant à eux, hérités de la cuisine propres aux peuples d'origine africaine.

Les habitants du Sud aiment les grillades sur le barbecue, mais contrairement à leurs concitoyens de l’Ouest, ils ne sont pas friands des sauces douces à la tomate. Sur la côte Atlantique, un barbecue signifie souvent une grillade de porc, notamment des côtes de porc bien assaisonnées ou marinées et grillées lentement sur de petites braises. « Greens » (terme qui recouvre les fanes de navet et diverses feuilles de la famille des choux), doliques et pain de maïs sont les plats d’accompagnement habituels. Parmi les desserts préférés : la tarte aux pacanes, la tourte aux pêches, la crème à la banane et la tarte à la patate douce.


Cuisine texane

La cuisine texane s’apparente à celle du Sud des États-Unis qui mélange diverses traditions : la soul food est une spécialité de la communauté afro-américaine à base de friture accompagnée de riz et de sauce piquante.

La place importante de l’élevage se retrouve dans la tradition du barbecue qui reste fortement attachée à la culture du Texas. Il existe plusieurs types régionaux de barbecue, cuits sur différents bois : celui de l’est privilégie la viande de porc, accompagnée de sauce tomate. Le barbecue a été modifié par les goûts des immigrants, allemands et tchèques dans le centre, mexicains dans le sud, où la tête de bœuf est une spécialité. On trouve enfin le barbecue cowboy dans l’ouest qui utilise de la viande de mouton.

Les influences hispaniques se retrouvent dans la cuisine tex-mex. Le chili con carne est une sorte de ragoût épicé à base de bœuf, de piments et de haricots rouges d’origine texane. Le terroir texan est diversifié, ce qui explique la variété des produits utilisés dans la gastronomie : produits de la mer, de l’élevage, mais aussi vigne. Celle-ci fut introduite par les Espagnols au XVIIe siècle et compte de nombreux cépages. Le Texas est le cinquième producteur de vin des États-Unis.

Il est le deuxième État producteur de noix de pécan du pays derrière la Géorgie. En 1906, le gouverneur du Texas, James Stephen Hogg, a fait du pacanier l'arbre symbole du Texas. On trouve la noix de pecan dans les cookies, les glaces, les gâteaux ou les tartes. L’agro-alimentaire est un secteur économique important : le soda Dr Pepper créé en 1885 à Waco par un pharmacien.


Cuisine cadienne

La cuisine créole et la cuisine à la Cajun sont un mélange de recettes espagnoles et françaises assaisonnées d’épices africaines et agrémentées de saveurs antillaises. Le poisson et les biftecks noircis sont grillés après avoir été entièrement enrobés de poivres et d’autres épices piquantes. Le jambalaya et le gumbo sont des ragoûts combinant des viandes, des saucisses et des fruits de mer. La plupart des plats cajuns sont fortement assaisonnés de piments, notamment de piments de chili, mais ils ne sont pas tous forcément très piquants.

La Nouvelle-Orléans a une culture distinctivement européenne avec une cuisine unique. Cette ville située à l’embouchure du grand fleuve Mississippi fut influencée par les colons espagnols et français et par les nombreux immigrés africains, et finit par avoir l’une des cuisines les plus raffinées des États-Unis.

Dans les États du sud-ouest, ce sont surtout les Amérindiens, les premiers colons espagnols et les voisins mexicains des États-Unis qui ont influencé la cuisine locale. Celle-ci compte une grande variété de plats préparés avec des ingrédients particuliers à la région et généreusement assaisonnés d’épices mexicaines. Les restaurants du Sud-ouest offrent des versions très intéressantes de plats familiers en y ajoutant avec créativité des ingrédients inhabituels et des épices exotiques.


Cuisine californienne

La Californie est gâtée avec une abondance de fruits frais, de légumes et de fruits de mer tout au long de l’année. Sa population aux origines ethniques très diverses a mis au point une cuisine saine à base d’ingrédients frais assaisonnés de mélanges inhabituels d’épices.

Vous trouverez des salades de laitue et d’autres verdures garnies d’avocats et d’agrumes, assaisonnées de sauce arachides asiatique piquante. Le poisson grillé peut être servi avec des légumes chinois et du pain amérindien. Presque toutes les combinaisons de cuisines ethniques figurent sur le menu californien. C’est l’État de la cuisine d’avant-garde expérimentale.


CUISINE CANADIENNE

La cuisine canadienne présente des caractéristiques qui varient significativement selon la région du pays. D'une manière générale, la cuisine traditionnelle du Canada anglophone s'apparente à la cuisine britannique et à la cuisine américaine, tandis que la cuisine traditionnelle du Canada francophone tire ses origines de la cuisine française et de la cuisine hivernale des coureurs des bois.

 

Cuisine québécoise

La cuisine québécoise présente les caractéristiques d'une cuisine nationale riche et diversifiée, forte de nombreuses spécialités régionales et d'un terroir immense parsemé de lacs et de rivières et bordé par un fleuve qui débouche sur un estuaire marin.

Dès le début du XVIIe siècle, les colons français peuplant le nord de l'Amérique élaborent une nouvelle cuisine pour affronter le climat et les nécessités résultant du labeur de la colonisation en utilisant les aliments disponibles localement. Affrontant les mêmes besoins nutritionnels que les colons d'Acadie, elle possède de nombreux points communs avec la cuisine acadienne. Depuis les années 1970, la haute gastronomie, les produits fins et du terroir, se développent dans toutes les régions du Québec qui s'ajustent à l'heure du tourisme mondial.

La cuisine traditionnelle québécoise est mise à l'honneur pendant le temps des sucres au printemps, dans les cabanes à sucre, ainsi que pendant le temps des fêtes en hiver, dans les réveillons. Certains détaillants en alimentation et restaurateurs offrent également les produits de leur terroir régional ainsi que les mets typiques québécois à longueur d'année, soit en conservant leur saveur traditionnelle ou en les adaptant aux goûts du jour.

La cuisine québécoise se développe principalement grâce à son terroir. Tout en conservant ses traditions, elle intègre de nos jours diverses influences, telles la cuisine italienne, la cuisine française, la cuisine chinoise, la cuisine grecque, la cuisine japonaise, la cuisine californienne et la cuisine hispano-américaine.


Cuisine inuite

La cuisine inuite traditionnelle est composée d'aliments crus provenant de la pêche et de la chasse.
On peut cependant cuisiner du bouillon de renne ou de la viande d'ours polaire et, en fonction de ce qu'offre le milieu de vie (banquise/forêt), sont aussi confectionnées des galettes (baniques) faites de farine, de levain et de graisse de phoque.
La base de la nourriture inuit est constituée de :
•    phoque,
•    morse,
•    quelquefois de la baleine,
•    rennes,
•    ours.
Les aliments sont conservés dans la glace.


Cuisine acadienne

La cuisine acadienne est celle utilisée principalement par les Acadiens, en Acadie.

Cette cuisine est très différente de ce que l'on retrouve dans le reste du Canada mais il y a tout de même des similitudes. Par exemple, on y utilise le sirop d'érable, et la poutine est connue. Il y aurait aussi notamment des influences amérindienne et allemandes ; la poutine râpée serait en fait un plat allemand, le knödel.

La pomme de terre, appelée localement patate, est probablement l'ingrédient le plus important, avec le poisson et les fruits de mer. Elle n'est d'abord cultivé que comme fourrage mais son utilisation semble toutefois supplanter le chou au milieu du XVIIIe siècle. Son origine est d'ailleurs controversée, les textes anciens la confondant avec d'autres aliments, alors qu'une théorie voulant qu'elle fut introduite par les Anglais est partiellement contredite par des témoignages.

La cuisine acadienne n'est pas très connue au Canada et encore moins à l'étranger. Selon les historiens Benjamin Sulte et François-Edme Rameau de Saint-Père, les Acadiens auraient toutefois introduits la consommation humaine de la patate en France, l'aliment étant auparavant considéré comme nocif. Les plats étrangers étant de plus en plus répandus, beaucoup de plats acadiens perdent en popularité bien que certains se maintiennent. Par exemple, il n'est pas rare d'en trouver sur le menu des cafétérias scolaires. Quelques fromages, vins, bières et spiritueux ont été développés depuis les années 1990.

8.jpg