Cuisine européenneRégionale, Culturelle, Gastronomique

Cuisine européenne

Patrimoine culturel, la gastronomie européenne est d’une richesse et d’une diversité invraisemblable : chaque nation, chaque province, chaque ville a sa spécialité et ces spécialités sont très différentes. C’est un élément identitaire qui fait écho à notre patrimoine et à nos cultures : la gastronomie est un reflet de notre mode de vie, de ses spécificités locales et historiques.

La nourriture raconte qui nous sommes aussi bien en tant qu'individu qu'en tant que pays et nation. Pour Gilles Fumey, ce que nous mangeons a une signification géographique. Par exemple, l'usage des champignons en Russie : c'est le seul aliment autorisé durant les périodes de jeûne, ce qui correspond à 143 jours cumulés dans le calendrier orthodoxe.

En Europe, depuis le Moyen-Âge, nous sommes dans un environnement culturel chrétien. Cela se retrouve dans les pratiques alimentaires, qui sont d'origine religieuse, et la spécificité européenne est d'avoir des cultures bâties autour du repas. Si l'on prend l'exemple de la viande, à l'origine sacrifice d'un animal afin de l'offrir aux dieux, on garde aujourd'hui d'une certaine manière la croyance selon laquelle la viande rouge représente le fait de manger la force de l'animal. Cet aspect religieux a connu des variations, à partir de la Renaissance, avec la poussée du monde arabe par le sud de l'Europe (Espagne, Italie). Elles ont amené des produits issus du Caucase et de la Méditerranée, qui vont scinder l'Europe en deux :
•    Au nord, on valorise des pratiques alimentaires individuelles, centrées autour de la viande, basées sur le tranchoir (pain/viande comme assiette, l'assiette n'existant pas) et qui resteront dans toute l'Europe du Nord. Cela donnera les tartines, les sandwichs, les hamburgers et les wasa en Suède (tartines cuites deux fois, les vikings ayant besoin de pains qui ne s'abîment pas sur les bateaux). Ces pratiques vont être renforcées avec la Réforme.
•    Au sud, espace catholique, la pratique collective valorise le repas, la table devenant un prolongement de la messe (utilisation de la nappe blanche, évoquant celle de l'autel de l'église).
Ce côté familial de la gastronomie française deviendra le « repas à la française » sous Louis XIV et aboutira durant la Révolution à la création des restaurants, que l'UNESCO vient de consacrer.

Ces pratiques culinaires européennes sont portées par des modèles économiques différents. Au nord de l'Europe, l'alimentation a été prise en charge par les systèmes industriels, valorisant les produits par des marques, qui sont l'émanation d'une famille. Le sud est resté quant à lui plus attaché aux racines, à la terre, mettant en avant la culture du jardin, du produit local (la salade du jardin), où le produit est marqué du lieu où il est né, et non de la personne qui l'a fait (la France fromagère, le jambon espagnol, les vins italiens).

Après la Seconde Guerre mondiale et l'arrivée des Américains, un nouveau modèle alimentaire est arrivé : le « fast-food », c'est-à-dire la possibilité de manger rapidement où on veut, quand on veut, en se débarrassant des pesanteurs sociales. Ce modèle a culminé dans les années 1970 et 1980, mais aujourd'hui il est très contesté, car il ne correspond plus aux valeurs actuelles de l'alimentation. Les modèles moraux et d'éthique priment grâce au concept de simplicité, d'où l'arrivée de tendance telle le « slow food ».

 


FRANCE
La France a la chance d’avoir un patrimoine culinaire extrêmement riche. A l’image de la diversité de la cuisine du monde, la richesse française est due à la diversité culinaire qu’il existe dans chaque régions. Si la Normandie est le pays de la crème fraîche et du beurre, dans le Sud de la France on ne jure que par l’huile d’olive. Chaque région n’a non pas une mais des dizaines de spécialités, transmises de génération en génération, adaptées au fil du temps, rajeunies par les chefs, et adorées par les gourmands.
Parmi les plats typiques, on trouve le cassoulet, la fondue savoyarde, le foie gras, le confit de canard, la tartiflette, les crêpes bretonnes, les tripes, l’aligot ou les escargots. La France est aussi célèbre pour ses pains et ses fromages que l’on déguste généralement avec du vin. En dessert, il existe de nombreuses tartes et gâteaux.


ITALIE
Gourmande, ensoleillée, la popularité de la cuisine italienne est avérée. Cuisine préférée des européens, c’est aussi une des cuisines préférée au monde. La cuisine italienne a cette particularité d’être une cuisine généreuse, familiale, mais aussi raffinée et subtile. La cuisine italienne s’étend au-delà de la caricature : pasta et pizza. Elle se caractérise par la variété des produits utilisés ainsi que par une grande diversité régionale. Un plat italien est simple, utilisant des ingrédients du terroir et saisonniers. L’huile d’olive, les légumes, le fromage et la charcuterie sont très présents sans oublier les pâtisseries et le café.


ESPAGNE
L’Espagne offre une cuisine variée selon la diète méditerranéenne, en utilisant du poisson, des fruits de mer, des légumes frais et de l’huile d’olive. Les plats typiques sont la paëlla, la tortilla, le gaspacho ou les tapas. Les Espagnols aiment la convivialité autour d’une table et prennent le temps nécessaire pour en profiter.


PORTUGAL
La cuisine portugaise est riche et inventive. Chaque région a ses spécialités culinaires s’inspirant souvent de produits locaux. Si la viande y est largement appréciée, le Portugal et les Portugais tiennent néanmoins à la réputation de grande qualité et de fraîcheur de leurs produits de la mer, puisque le Portugal est le royaume des fruits de mer et des poissons.


GRECE
A base de produits frais, d’herbes aromatiques et parfumée à l’huile d’olive, la cuisine grecque est saine et variée. Le poisson est très présent dans l’alimentation, tout comme les feuilles de vigne et les épinards. Les plats les plus authentiques sont la moussaka, le tzatziki ou encore la salade grecque (concombre, tomate, feta). Ils sont accompagnés de pain dont la croûte est parsemée de sésame.


CHYPRE
La cuisine chypriote est riche et variée et mêle les saveurs des plats turcs, orientaux, italiens et britanniques. Elle est réalisée à partir d’ingrédients et d’aliments frais que l’on trouve sur l’île : poissons et fruits de mer, plantes aromatiques et épices régionales, ainsi que l’huile d’olive naturelle. Le plat typique chypriote est le «mezze», apparenté aux tapas espagnols.


MALTE
La cuisine maltaise est le résultat d’une longue relation entre les habitants de l’archipel et les nombreux étrangers qui en firent leur demeure au cours des siècles. Le mariage des goûts a produit à Malte un mélange éclectique de cuisines méditerranéennes. Ces influences ont des racines siciliennes ou maures.


ALLEMAGNE
Beaucoup de gens ont une image de la cuisine allemande assez succincte, la considérant comme trop nourrissante. Or, si la cuisine allemande est riche, c’est de saveurs et d’inventivité. Elle offre de nombreux plats tels que le poisson fumé, la choucroute, les feuilles de choux fourrées à la viande hachée, les saucisses (il en existe plus de 1500 types) et de petits filets de viande hachée appelés «Frikadellen».


BELGIQUE
Proche de la cuisine française, la cuisine belge n’en est pas moins originale. Il existe 20 façons d’accommoder les moules depuis les côtes de la Mer du Nord et de la Manche jusqu’à Bruxelles. Il est impossible d’évoquer la cuisine belge sans parler des frites. Les baraques à frites appelées aussi fritures, qui proposent des cornets de frites, existent depuis plus de 100 ans.


LUXEMBOURG
La cuisine luxembourgeoise combine la cordialité allemande et la finesse franco-belge. La pomme de terre prend une place d’honneur : pas de vrai repas sans pommes de terre au
Luxembourg ! Un plat typique est le «traïpen», boudin noir rôti avec de la compote de pommes. Vous apprécierez également les préparations à base de truite et d’écrevisses. Le vin de riesling et la bière luxembourgeoise sont couramment utilisés en cuisine.


ROYAUME-UNI
Malgré sa mauvaise réputation, la cuisine britannique recèle de délicieux plats traditionnels souvent ignorés par les touristes. Les britanniques sont très friands des «Fish and Chips», les frites sont traditionnellement servies dans du papier journal.


IRLANDE
La cuisine irlandaise se démarque par des matières premières de grande qualité - comme le saumon frais ou fumé, la truite, les crustacés, l’agneau et le bœuf provenant de troupeaux élevés en prairie - cuisinées très simplement. Le plat irlandais le plus typique est l’Irish stew,
la boisson nationale est la Guiness®, bière brune et épaisse dont raffolent les Irlandais.


SCANDINAVIE
La cuisine scandinave utilise des baies, des herbes, des marinades et autres mijotés qu’elle transforme en délicieux plats aux noms chantants: saumon gravlax, riz du grand Nord, Kanelbullar…


DANEMARK
Les Danois mangent beaucoup de pommes de terre, de pain noir, de charcuterie (saucisse rouge et salami) ainsi que des produits de la mer (saumon, hareng, etc...). Un des mets danois classique est le «smørrebrød», un petit pain ouvert avec du poisson, de la viande ou du fromage.


FINLANDE
La nature est très importante pour les Finlandais et cela se voit dans la cuisine. Elle utilise beaucoup de baies, de champignons (surtout à l'est du pays), mais aussi des rennes, poissons et viandes pauvres en matières grasses. Une spécialité finlandaise est le
«kalakukko», pain de seigle farci au poisson. Au dessert, les myrtilles occupent une place de choix


PAYS-BAS
Les Néerlandais font généralement 3 repas par jour, dont un seul avec des plats cuisinés : le
petit-déjeuner, copieux, le déjeuner, servi le plus souvent sous la forme d’un lunch, et le dîner servi assez tôt (vers 18h). Ce sont de grands consommateurs de soupes, de pains (aux graines) et de fromages à pâtes dures (Gouda, Edam, Massdam et Leerdamer®).


HONGRIE
Le paprika rouge constitue la base de la cuisine hongroise. Les Hongrois apprécient les mets
de viande ou de gibier avec une sauce bien relevée (le «goulash», le «pörkölt», le «Tokány» et le «paprikache»). D’autres spécialités sont les poissons d’eau douce. La Hongrie est également connue pour ses pâtisseries et ses crêpes «Gundel».


POLOGNE
Il n‘y a pas de cuisine polonaise sans choux, betteraves, concombres et cornichons, crème, champignons, diverses saucisses, gruaux, poissons, écrevisses, gibier et produits des bois.
Les plats doivent leur goût original à des épices et des herbes ajoutées, telles que la marjolaine, l’aneth, le cumin, le persil et le poivre.


AUTRICHE
Manger et boire en Autriche est un plaisir incontesté. Au déjeuner, les Autrichiens se contentent en général, d’une légère collation. Le repas du soir, servi tôt, est généralement composé de soupe, puis de viande ou de charcuterie et de fromage. Le plat typique est la
«Wiener Schnitzel» accompagnée d’une salade de pomme de terre à la moutarde douce. Les Autrichiens sont également des experts en pâtisserie.


SLOVENIE
Les féculents ont une place de choix dans la cuisine slovène. Un exemple est le «strklji», une pâtisserie au sarrasin, farcie de noix. La Slovénie compte un grand nombre d’éleveurs, ce qui explique les nombreuses spécialités de viande : saucisse, salami, jambon fumé, ...


BULGARIE
La cuisine bulgare se distingue par sa grande variété de plats à base de yaourt et de légumes. C’est une cuisine de type méditerranéenne. Les plats de viande sont constitués de grillades, de brochettes et de «kebab». Sans compter les nombreux desserts et le fameux yaourt bulgare.


LITUANIE
Dans les environs des lacs et des rivières lituaniens, les plats de poisson sont à l’honneur. Le Lituanien est un véritable carnivore : viande de porc fraîche, salée ou fumée, de la saucisse ou du jambon. Outre les céréales, la pomme de terre et les champignons des bois sont présents dans la cuisine lituanienne.


LETTONIE
La cuisine lettone est une cuisine authentique. On constate dans la cuisine des différences en fonction de la géographie, mais la base de l’alimentation des Lettons est la pomme de terre et la viande de porc accompagnée de salade. Petits pois, haricots, poisons, produits laitiers et soupes sont également au menu.


ROUMANIE
La Roumanie est une terre de passages et d’influences, sa gastronomie est marquée par ses origines paysannes et est donc souvent rustique et consistante (porc, pommes de terre, crème, chou, etc...). La plupart des Roumains mangent leur repas principal le soir et dégustent en dessert, le «cozonac», sorte de brioche avec des fruits secs


REPUBLIQUE TCHEQUE
La République tchèque propose une cuisine très variée, les plats traditionnels sont à base de
viande de porc, de bœuf, ou de gibier, souvent accompagnés de «knedliky» (quenelles de pain) ou de légumes. Le «Strudel» est le dessert incontournable tchèque.


ESTONIE
La cuisine estonienne est principalement composée de soupes diverses, les Estoniens consomment beaucoup de viande car la variété du gibier dans les forêts et dans les îles est impressionnante (faisans, élans, chèvres sauvages). Le pain a une place très importante, il peut être parfumé aux herbes ou aux épices.


Informations tirées de :

http://www.cahierdecuisine.com
http://www.nouvelle-europe.eu/
https://fr.wikipedia.org/
Centre d’Information sur les Institutions Européennes - STRASBOURG

34.jpg
image

Mélange Hypocras

Le fameux mélange médiéval En savoir plus
image

Cuisine Italienne

Idéal pour rehausser une sauce tomate En savoir plus
  • 1
  • 2
  • 3